Les crypto-monnaies au coeur de la démocratie et de la gestion des clubs de foot

Magazine des tendances, buzz et sorties » high tech / 2.0 » Les crypto-monnaies au coeur de la démocratie et de la gestion des clubs de foot

Vous pourriez vous lasser d’entendre dire que les crypto-monnaies sont une véritable révolution technologique, mais vous ne vous lasserez pas de découvrir les multiples applications qui sont développées avec elles.

Les crypto-monnaies ne sont pas que de l’argent transitant par internet et servant à faire des achats ou à accroître la fortune de téméraires investisseurs. Quasiment toutes intègrent un niveau de démocratie, dont l’amplitude est parfois limitée par les créateurs dans le logiciel de réseau encore appelé blockchain.

Après nous être penchés sur les différents niveaux possibles de démocratie dans l’univers de la crypto-monnaie, nous découvrirons ensemble comment ces actifs qui font des millionnaires sont en passe de changer l’univers du football. En effet,  après le PSG, la Juventus de Turin est le deuxième grand club européen à avoir annoncé sa volonté d’ouvrir sa gestion à ses supporters à travers les mécanismes financiers et démocratiques des crypto-monnaies.

Les différents niveaux de démocratie dans l’univers de la blockchain

La première victoire démocratique des crypto-monnaies est déjà d’avoir remis la conception même des systèmes financiers de demain aux mains de simples profanes, avec la liberté pour tous de participer aux projets. Aujourd’hui, de plus en plus de crypto-monnaies sont créées sur des blockchains privées dont le code n’est pas publié en open-source. Mais ce n’est pas le cas du Bitcoin. Né il y a dix ans sous l’instigation de l’inconnu au pseudonyme de Satoshi Nakamoto, cette crypto-monnaie repose sur un système open-source. 

Pour débuter avec les crypto-monnaies et comprendre leur fonctionnement, il faut faire la différence entre les différenes façons d’émettre ces monnaies.

Il existe essentiellement deux types de monnaies virtuelles ; celles émises sur la base de la Preuve de Travail (Proof of Work ou PoW) et celles émises sur la base de la preuve d’enjeu.

Les premières (PoW) à l’instar du Bitcoin permettent à tout le monde de créer de la crypto-monnaie depuis son ordinateur mais ne fonctionnent pas quotidiennement sur la base de la démocratie. Il faut en effet de très grandes réunions des mineurs (ces personnes qui créent la monnaie) pour décider des nouvelles règles et technologies à mettre en place dans le logiciel de la blockchain.

Dans la seconde catégorie, celles des crypto-monnaies émises sur la base de la preuve d’enjeu, la conception de la blockchain est souvent menée par des acteurs privés qui ne rendent pas public leur code source mais en facilitent et ouvrent la gestion quotidienne à divers élus.

Elles permettent ainsi le vote pour le choix d’administrateurs qui ont à charge notamment le contrôle des transactions et le paiement des ordinateurs ou noeuds du réseau qui rendent lesdites transactions possibles. Le système permet aussi de voter pour les orientations à donner aux devises. C’est le cas des crypto-monnaies telles que Ripple ou EOS.

En phase d’expérimentation dans le canton de Zoug en Suisse pour les élections, c’est ce dernier outil d’administration participative qui pourrait être au coeur de l’administration future des clubs de foot.

Plus de pouvoir pour les fans

Décider des matchs amicaux, prendre part aux arrivées et départs de joueurs, de  la construction ou non de nouveaux stades, c’est là autant de pouvoir que voudrait redonner la société maltaise Chiliz aux supporters. Grâce aux partenariats signés avec les clubs du Paris-Saint-Germain et de la Juventus de Turin, il est à prévoir très prochainement une FTO (Fan Token Offering), ou prévente des futures crypto-monnaies des deux clubs.

Cette opération permettra aux clubs de mobiliser des ressources pour leurs futurs projets. Ces nouvelles crypto-monnaies pourraient permettre aussi une meilleure redistribution des gains engrangés par le club. On se souvient par exemple que la Juventus de Turin dont le capital est détenu majoritairement par la famille italienne Agnelli, a vu son cours en bourse passer de 0,66 € en fin juillet à 1,67 € à la mi-septembre, dopé surtout par l’arrivée de la star portugaise Cristiano Ronaldo.

Alors… êtes-vous prêt à investir dans votre club de foot préféré ? 

Autres sujets qui pourraient vous interesser :
Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *