Film « Les 7 mercenaires » (2016)

Magazine des tendances, buzz et sorties » Cinema et séries » Film « Les 7 mercenaires » (2016)

Date de sortie en salle : 28 Septembre 2016.
Production : METRO GOLDWYN MAYER, SONY PICTURES ENTERTAINMENT, VILLAGE ROADSHOW PICTURES
Réalisation : Antoine FUQUA
Scénario : Nic PIZZOLATO, Richard WENK
Genre : Western, action, aventure
Acteurs principaux : Denzel WASHINGTON, Chris PRATT, Ethan HAWKEByung-Hun LEE, Byung-Hun, Byung-Hun, Haley BENNETT, Peter SARSGAARD.
Durée : 133 min

Synopsis

BARTHOLOMEW BOGUE, un riche industriel, tente de s’approprier la ville de ROSE CREEK et de chasser par la force les villageois pour développer sa mine. Après avoir tué quelques villageois, la femme de l’un d’eux engage sept mercenaires pour défendre leur village.

Critique / Avis

Ça y est il est sorti, et vache, qu’est ce que je l’attendais, en plus pour nous mettre un peu plus l’eau à la bouche, ils nous avaient pondu une bande annonce explosive hyper rythmée avec une superbe reprise de House Of The Rising Sun du groupe The Animals modernisée et réinterprétée par Heavy Young Heathens (musique qui ne nous est pas inconnu puisque Johnny HALLYDAY l’avait reprise en français sous le titre LE PÉNITENCIER).
Alors quand je me suis installé dans la salle il est clair que j’en attendais beaucoup, d’autant plus que c’est la version de 1960 avec la série AU NOM DE LA LOI, qui m’ont donné l’amour de ce genre de film : LE WESTERN.
Depuis un certain temps c’est devenu la mode de faire des remakes des films qui ont marqué certaines époques, alors on peut trouver çà douteux en se disant que les scénaristes sont devenus fainéants, mais on peut aussi se dire que c’est une façon de rendre hommage à l’œuvre originale, tout en prenant quand même un risque, parce que l’attente des fans est d’autant plus grande qu’on touche à leurs « PRÉCIEUX ».

Film 2016 : les è mercenairesDonc ce nouveau LES 7 MERCENAIRES est un remake de son homonyme de 1960, lui même un remake du film d’AKIRA KUROSAWA : LES 7 SAMOURAÏS.
Voulant s’imprégner pleinement de l’œuvre je me suis regardé LES 7 SAMOURAÏS (3H30 en japonnais sous-titré : je pensais que ça allait être une corvée et ça a été un véritable plaisir) et la version de 1960 dans la même journée.
Donc comme je disais mes attentes étaient assez conséquentes d’autant plus que ce film était clairement vendu comme un REMAKE, la production a été jusqu’à reprendre le logo de la METRO GOLDWYN MAYER de l’époque, de mettre comme générique de fin le thème principal du film de 1960, alors qu’elle ne fut pas ma déception, et encore je pèse mes mots, tout au long du film quand j’ai vu ce massacre.
Il est clair que ANTOINE FUQUA a pris l’idée de base et l’a adapté à sa sauce. Il n’y a rien qui ressemble à son prédécesseur, et franchement c’est limite si je n’ai pas envie que l’on me rembourse ma place.
Dans la version de 1960 on reconnaissait les personnages par rapport à sa version japonaise, la version de JOHN STURGES avait l’intelligence de reprendre des scènes phare du film pour rendre hommage à l’œuvre de KUROSAWA, et comme dans LES 7 SAMOURAÏS la version de 60 avait des musiques fortes, puissantes et emblématiques; mais là dans la version de 2016 , il n’y a rien de tout cela : on arrive à peu près à resituer 3 ou 4 personnages, mais ce n’est pas du tout le cas pour les scènes importantes, et ne parlons pas des musiques, elles ne mettent pas grands choses en valeurs. FUQUA va jusqu’à faire mourir un personnage important qui est censé rester en vie.
Alors, s’il vous plaît ne nous vendez un remake, dites plutôt que vous avez fait une adaptation libre de œuvre. La seule chose que vous faite c’est de reprendre le titre pour attirer des spectateurs.

Et là je n’en suis qu’à l’aspect général du film, maintenant passons au coté technique du film.
C’est la première fois qu’Antoine FUQUA s‘essaie au WESTERN, et franchement ce n’est pas une réussite : c’est étonnant parce qu’en général c’est plutôt un bon réalisateur (Training days, Shooter, Equalizer, La rage au ventre). Mais il ne suffit pas de faire des plans larges sur les jolis paysages et de mettre des cowboys et des indiens avec quelques duels dans une ville minière pour faire un WESTERN. Il y a des codes à respecter que certains réalisateurs de nos jours comme Clint EASTWOOD, Kevin COSTNER, Quentin TARANTINO maîtrisent.

Pour les scènes d’actions, bien qu’elles passent bien, c’est assez brouillon, on se perd rapidement, on ne sait plus qui fait quoi et contre qui. Mais le summum du ridicule c’est le passage avec la mitrailleuse GATLING et ses balles magiques qui arrivent à slalomer dans les ruelles pour atteindre leurs cibles. Sous prétexte qu’il faut des gunfights spectaculaires le réalisateur fait n’importe quoi et tombe comme d’habitude dans le piège du « munitions à volonté pas besoin de recharger ».

Bon allez on oublie, on part sur le principe que le spectateur n’a pas un doctorat en balistique, et que c’est un film d’action dans le far west du XIXe siècle, avec un scénario ressemblant aux 7 MERCENAIRES de 1960 et même là c’est raté, parce qu’on sait que inévitablement ça va finir d’une certaine façon puisque ça a commencé d’une certaine manière : on sait très bien qui va tuer le méchant. Il n’y a aucune surprise tout est cousu de fil blanc. FUQUA nous ressort l’éternel scène de combat au corps à corps avec une arme à feu où le coup part, il espère nous faire croire qu’il va y avoir une surprise et que le héros va surement mourir, ou la scène avec une fusillade hors champs et l’ennemi sort en marchant comme si de rien était avant de s’écrouler raide mort. Rien ne nous est épargné, tout est conventionnel et prévisible.

Alors oui ce film à un casting de malade avec de bons acteurs, mais encore là c’est raté : les punchlines sont pour la plupart du temps ratées voir même pour certaines hors propos ou anachroniques. Certains acteurs surjouent et nous montrent des mimiques caricaturales comme PETER SARSGAARD dans le rôle du « méchant de service » ou encore ETHAN HAWKE tourmenté par son passé qui essaie de lutter contre ses démons. CHRIS PRATT nous fait du CHRIS PRATT et finit par ne plus être amusant il l’était dans LES GARDIEN DE LA GALAXIE , mais après JURASSIC WORLD et maintenant LES 7 MERCENAIRES ça devient monotone , on finit par se demander s’il sait jouer différemment. Mais le comble je pense c’est la doublure Française de Vincent D’ONOFRIO : il est ridicule avec sa voix de petite fille.
Les personnages dans le film sont fades et absolument pas travaillés. Le réalisateur nous présente des personnages stéréotypés sans background (l’exemple typique c’est le méchant qui est méchant juste pour être méchant, « point » sans véritable raison). FUQUA ne cherche pas à nous en dire d’avantage sur eux, peut être de peur que ça rallonge un peu plus le calvaire, euh je voulais dire le film.

Les 7 mercenaires alignés avec leurs armesPour moi, dans ce film les meilleurs acteurs sont les chevaux, et le moins que l’on puisse dire c’est que les cascades sont vraiment bonnes et impressionnantes.
Alors oui j’ai malheureusement vu le film en VF, peut être que les derniers soucis : doublages dialogues et voix sont dûs à un mauvais boulot français, que les acteurs ne sont finalement pas si mauvais et que tout sera corrigé lorsque je verrai la version originale quand il sortira en bluray.

Pour finir vous l’aurez compris je suis terriblement déçu par ce film que j’attendais avec impatience (j’attendais qu’il soit au moins dans mon TOP5 2016), mais il est vrai que je peux comprendre que certains aient pu aimer ce divertissement avec un beau casting. Par contre de grâce ne vendez pas un remake DES 7 MERCENAIRES, parce que çà ne l’ai pas, au pire il s’agit d’une adaptation libre de l’œuvre.

Bande annonce du film « Les 7 mercenaires »

Intrigue

En 1879, BARTHOLOMEW BOGUE, un riche industriel, veut s’approprier la petite ville de ROSE CREEK pour développer sa mine et pour y parvenir il essaie d’exproprier les villageois de gré ou de force. Lors d’une réunion entre les villageois pour savoir comment ils allaient réussir à garder leurs terres, BARTHOLOMEW et ses hommes surgissent et abattent des villageois.
Parmi eux se trouvait notamment le mari d’EMMA CULLEN une jeune villageoise. En quête de justice, elle se rend accompagné d’un autre villageois dans la grande ville locale afin d’y trouver des mercenaires pour l’aider à défendre son village contre BARTHOLOMEW BOGUE, retourné à SACRAMENTO pour 3 semaines le temps de laisser les villageois réfléchir à ses propositions.
Elle rencontre donc SAM CHILSON un chasseur de primes venu exécuter un mandat. Impressionnée par ses manières radicales elle le persuade et l’engage.
Tous les 3 ils recrutent JOSH FARRADAY à la fois aventurier et joueur professionnel, MANUEL VASQUEZ un bandit mexicain, GOODNIGHT ROBICHEAUX un ancien tireur d’Élite et son acolyte BILLY ROCK un chinois extrêmement adroit avec des couteaux. En chemin pour ROSE CREEK ils engageront JACK HORNE un ancien chasseur d’indiens, ainsi qu’un jeune comanche nommé RED HARVEST.
Arrivé au village ils éliminent un vingtaine d’hommes de main de BOGUE restés sur place afin de continuer à maintenir la pression pendant son absence.
Ils laissent partir le sheriff à la solde de BARTHOLOMEW, pour qu’il le prévienne que s’il voulait ROSE CREEK il serait obligé de les affronter.
En attendant l’arrivée de BOGUE et ses hommes, nos 7 aventuriers tentent d’apprendre aux villageois les rudiments des armes à feu pour qu’ils puissent se défendre. Alors qu’ils sont sur le point de finir les fortifications du village, BARTHOLOMEW BOGUE arrive avec son armée pour reconquérir ce qu’il estime lui appartenir.

Acteurs du film « Les 7 mercenaires »

  • DENZEL WASHINGTON joue le rôle de SAM CHILSON, un chasseur de primes en quête de vengeance, qui accepte la proposition EMMA CULLEN de défendre ROSE CREEK contre BARTHOLOMEW BOGUE. Pour y parvenir il va recruter 6 mercenaires.
  • CHRIS PRATT qui joue le rôle de JOSH FARRADAY, un aventurier et joueur professionnel endetté, qui accepte la proposition de CHILSON contre le rachat de ses dettes.
  • ETHAN HAWKE joue GOODNIGHT ROBICHEAUX, un ancien tireur d’Élite, en prise avec les démons du passé. Connaissance de CHILSON, il accepte sa proposition voyant en elle une façon de se racheter une conscience.
  • VINCENT D’ONOFRIO joue le rôle de JACK HORNE, un ancien chasseur d’indiens, qui voit dans le contrat proposé par CHILSON, une mission divine.
  • BYUNG-HUN LEE joue BILLY ROCK, un chinois extrêmement adroit avec des couteaux, acolyte de GOODNIGHT ROBICHEAUX, qu’il aide à chasser ses démons. Là où GOODNIGHT va, BILLY le suit.
  • MANUEL GARCIA-RULFO joue le rôle MANUEL VASQUEZ, un bandit mexicain recherché par CHILSON, qui accepte le contrat de ce dernier en l’échange de l’annulation de son mandat de recherche.
  • MARTIN SENSMEIER joue RED HARVEST, un jeune comanche à la recherche d’aventure qui accepte d’aider CHILSON dans sa mission.
  • HALEY BENNETT joue EMMA CULLEN, une jeune villageoise de ROSE CREEK dont le mari vient d’être abattu par BARTHOLOMEW BOGUE. Elle est en quête de justice. Elle engage CHILSON et ses hommes pour l’aider à défendre son village et venger la mort de son époux.
  • PETER SARSGAARD joue le rôle de BARTHOLOMEW BOGUE, un richissime industriel qui est prêt à tout pour faire prospérer sa mine. Il exécute toute personne qui pourrait tenter de contrecarrer ses plans.
Affiche du film les 7 mercenaires (2016)
Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *